Archives de catégorie : Trail

Trail: courir hors stade, en nature, avec du dénivelé, du dépassement de limites

Expertis Gestion Privée emmène les Blouses Roses à l’UTMB Mont-Blanc

Expertis Gestion Privée emmène les Blouses Roses à l’UTMB Mont-Blanc

Expertis Gestion Privée emmène les Blouses Roses à l'UTMB Mont-Blanc
Expertis Gestion Privée emmène les Blouses Roses à l’UTMB Mont-Blanc

 

Expertis Gestion Privée emmène les Blouses Roses à l’UTMB Mont-Blanc Le 30 août 2017. Le cabinet d’expertise patrimoniale EXPERTISE GP participera à l’une des courses de l’Ultra Trail du Mont-Blanc : la TDS (sur les Traces des Ducs de Savoie).
C’est une course de 119 kilomètres en semi-autonomie autour du Mont-Blanc à réaliser en moins de 33 heures.
Courir autour du Mont-Blanc, c’est avant tout vivre une aventure intérieure, une expérience unique où Le principal participant, Gregory devrait courir  pour repousser ses limites mentales et physiques pour franchir la ligne d’arrivée.
Ce périple extraordinaire au cœur du massif me permettra de traverser vallées et cols au contact des plus beaux sommets, dans un décor alpin unique au monde.

Expertis Gestion Privée emmène les Blouses Roses à l'UTMB Mont-Blanc
Expertis Gestion Privée emmène les Blouses Roses à l’UTMB Mont-Blanc

Objectif:
Expertis aura le grand honneur de pouvoir associer à cette aventure l’Association « Les Blouses Roses », par une action philanthropique, en récoltant des dons à leur profit. Expertis s’engage bien entendu à y contribuer, nous visons un objectif de collecte d’au moins 5.000€ et espérons vivement que vous nous aiderez à y parvenir !!!
D’un point de vue fiscal, sachez que 66% du montant de votre don vous sera restitué sous la forme d’une réduction d’impôt par l’Administration fiscale (et ce malgré la mise en place du Prélèvement à la source). Vous pouvez dès à présent nous adresser vos chèques au 37 rue des Mathurins – 75008 PARIS, à l’ordre des « Blouses Roses », et ce jusqu’au 30 juin, date à laquelle nous leur remettrons cette levée de fonds.

Les Blouses Roses

il s’agit d’une association à but non lucratif et reconnue d’Utilité Publique, d’envergure nationale, comptant 5.000 bénévoles à travers 87 comités en France et un million de bénéficiaires, et dont la mission depuis 1944 est d’embellir la vie d’enfants malades hospitalisés et de personnes âgées en maison de retraite, en agrémentant leur quotidien d’animations, d’ateliers récréatifs, de cadeaux et plus généralement de leur tenir compagnie, pour oublier la maladie et la solitude.

Je vous recommande vivement de consulter leur site internet et de liker leur page Facebook 
Je suis donc ravi de pouvoir associer cet évènement sportif à la noble cause des Blouses Roses.

L’évènement sera relayé par Les Blouses Roses sur leur page Facebook et nous aurons bien entendu grand plaisir à vous communiquer les résultats de cette levée de fonds, et accessoirement de la course !

=> Article source

Sportivement

#FibreRunning

#blousesroses

#trail

#utmb

Test chaussure running trail Saucony Nomad TR terrain sec

Test chaussure running trail Saucony Nomad TR terrain sec

Test chaussure running trail Saucony Nomad TR terrain sec
Test chaussure running trail Saucony Nomad TR terrain sec

voici le Test chaussure running trail Saucony Nomad TR sur terrain sec by fibre running !

La fiche technique du test:

Catégorie de chaussures : neutre

Pronation : neutre

Amortissement : réactif

Type de construction : terrain

Surface : terrain, herbe

Voûte plantaire : normale (moyenne)

Résistance à l’eau : non

Imperméable : non

Drop : 4 mm

Épaisseur du talon : 22 mm

Épaisseur de l’avant-pied : 18 mm

avec Seulement 261 grammes !!

 

Conditions du test sur entrainement et course : ecotrail de paris 50 km

Après plusieurs sorties routes, chemins, sous bois, cailloux et même de l’urban trail… je confirme, on est bien dedans. On se sent léger.

Le chausson est confortable avec un super amorti sur tout type de terrain grâce à la nouvelle forme en Toe-boxe

L’empeigne FlexFilm est axée sur votre confort puisqu’elle est confectionnée d’un seul tenant, sans couture avec des éléments thermocollés.

Un faible drop de 4mm, associé à une boxe large est très agréable.

Les appuis sont bons, sans desservir la stabilité, ni la nervosité de la chaussure.

La tige est composée d’un mesh légèrement plastifié, mais qui n’est pas pour autant étanche.

La Nomad Tr est dotée d’une bonne protection malgré un pare-pierres peu présent à l’avant du pied.

Test chaussure running trail Saucony Nomad TR terrain sec
Test chaussure running trail Saucony Nomad TR terrain sec

 

En session route

Après 3 kms de route pure, une impression de légèreté se dégage. Pour les sensations, je suis très proche des Kinvara : l’amorti est parfait. La chaussure est dynamique et le renvoi au sol est énergique. Je décide donc d’accélérer pour faire quelques lignes droites à 3 minutes au kilomètre. Le verdict ? La pose medio-tarsienne ne pose aucun problème, la foulée est naturelle. Le faible drop favorisant cet appui. La traction est assez impressionnante, meilleure même que sur les Kinvara qui ont tendance à décrocher sur mon pas postérieur lorsque j’appuie trop !

Cependant, je ne m’amuserai tout de même pas à faire 10 bornes sur route avec ces Nomad TR, celles-ci étant un peu plus lourdes que les Kinvara.

 

 

En session chemin

Test sur l’ecotrail de paris 50km => Course avec succession de terre/cailloux/herbe.

L’amorti est très efficace sans être trop présent – ce qui permet de conserver une proprioception des chevilles intacte -, et suffisant pour encaisser un poids de 80.

Dans les decsente pas de genes, au contraire elle demande à accélérer

  • Pas d’ampoules à l’issu des 50km !!

✪✪✪✪ŸŸŸ sur 5

j’ADORE

(+) les couleurs avec rappel fibre running

(+) Look Camouflage

(+) le confort et sa légéreté

(+) la qualité de relance

(+) l’accroche sur terrain sec

(+) le rendement sur route et chemin

 

A améliorer

(-) n’aime pas la boue grasse

(-) amélioerre la protection parre pierre sur l’avant

 

Liens complémentaires :

http://www.wanarun.net/blog/saucony-nomad-tr-le-test-45408.html

http://trail-session.fr/saucony-nomad-tr-la-rapidite-sur-terrain-sec/

http://testeurs-outdoor.com/test-chaussure-trail-saucony-nomad-tr/

 

#trail

#SauconyNomadTR Sur terrain sec

#fibrerunning

Mon premier EcoTrail de Paris 2016, 50 km 9eme édition

Mon premier EcoTrail de Paris 2016, 50 km 9eme édition

Mon premier EcoTrail de Paris 2016, 50 km 9eme édition
Mon premier EcoTrail de Paris 2016, 50 km 9eme édition

 

Nous avons été plus de 10000 trailers & marcheurs sur le weekend du 19/20 mars 2016 sur 18, 30, 50 et 80 km avec le minimum de bitume. J’ai fini 1013 sur 1300 Finishers avec environ 2000 inscrits. Voila le compte rendu de Mon premier EcoTrail de Paris 2016, 50 km 9eme édition !

 

Lieux :

Départ du château de Versailles pour 50 km avec boucle dans le parc Royale, autour des bassins !

 

Entrainements :

Un peu cours avec seulement200km depuis janvier 2016 mais le #semideparis + trail des marcassins de 34km dans la tête et les jambes, avec des marathons terminés. Autre atout, faire la course avec un cousin qui découvre le long ! Je ne suis pas partie vite et j’ai bien géré mon effort

 

Matériels : testés avant la course mais pas aussi loin ?!! (sac kalenji, chaussures saucony nomad TR, manchons trail Zoomyn, tee shirt compressport triathlon, tomtom runner cardio …) Tout c’est bien passé, sans ampoules et autres bobos !

matériels running trail testés fibre running
matériels running trail testés fibre running

 

Départ : par vagues et avec petite collation / déjeuner offert !

Météo clémente surVersailles avec un petit vent très frais, il est 9H00. Le stress monte, sans grand échauffement … au moins on n’est pas parti vitre 😉

 

Nutrition personnelle

Barre de céréales sans gluten, bananes, gel overstims

2 ravito sur le parcours au 29eme et 41eme : Je n’ai pas souhaité tester isostar car pas de risques d’avoir des problèmes de digestion de produits jamais tester

 

L’Arrivée

Le luxe de faire un sprint ?? Que m’arrive t il ?!! Juste le plaisir d’accélérer sans s’arrêter !

En effet 30 places gagnées entre le 42eme et l’arrivée.

 

Les (+) :

  • Le système de chronométrage Livetrail
  • La gentillesse des bénévols avec de nombreux passages traversant des routes
  • Le système écologique tout au long du parcours avec le gobelet individuel
  • petite collation / déjeuner offert au départ

 

Conclusion & conseils

Un sacré enjeux de gestion de l’effort sans référence physique et mentale.

=> Mes 2 premiers points pour un jour viser l’UTMB, via le suivi ITRA (International Trail Running Association)

 

mon Strava

 

 

Remerciements :

Super organisation, chapeau à la team Ecotrail et aux bénévols ! C’est au total 700 bénévoles qui nous ont accueillis, orientés, ravitaillés et encouragés ! ! *MERCI*

 

Merci à la prépa mentale

Rendez-vous en mars 2017 pour la 10ème édition de l’EcoTrail de Paris® !

 

#ecotrail, #ecotraildeparis, #laverticale, #toureiffel, #trailducanigou, #runningtrail, #trail, #UTMB, #overstims, #isostar, #Livetrail, #kalenji, #sauconynomadTR, #manchonstrail #Zoomyn, #compressport, #triathlon, #châteaudeVersailles, #ITRA, #tomtomrunnercardio

Hoka Test tour modele Huaka avec endurance shop st germain en laye

Hoka Test tour modele Huaka avec endurance shop st germain en laye

hoka test tour
hoka test tour de la Huaka avec adrien Dos Santos

Grâce à une technique de matelassage optimisant la capacité de rebond, ces chaussures de running pour homme sont spécialement conçues pour la course à pied sur route. Avec ses 50% de matériau amortisseur de plus que les chaussures de running standards, les baskets Hoka® One One sont idéales pour les coureurs qui recherchent une paire de chaussures ultralégère, stable et performante. Je confirme la sensation visuelle et d’amorti ahurissante: seulement 252g !!

La HUAKA est destinée aux coureurs qui veulent une chaussure très efficace avec un poids minimum. Elle comporte notre exceptionnelle semelle intermédiaire RMAT® pour une qualité inégalée et une tige SpeedFrame sans couture pour une protection légère. La Huaka est la compagne idéale de vos longues sorties compétitives sur route ou trail.

Soirée test très sympa, la forêt de st germaine de nuit, la beauté de la vue sur Paris au pied de la terrasse quel superbe terrain de trail mi route mi urbain

Merci Alain, gérant du endurance shop de Saint germain en Laye, merci aussi pour avoir tester les à Ledsenser pour l’efficacité et pour avoir illuminé notre sortie.

Merci à Adrien Dos Santos, athlète du team Hoka, pour ces précieux conseils

les-resultats-des-championnat-de-france-de-trail-long-et-court-buis-les-baronnies-26-28-septembre-2014/

Après 5h28mn13s de course, Sylvain Court a conquis le titre de champion de France 2014 de trail long et acquis sa place en Equipe de France pour les  championnats du monde qui auront lieu en mai 2015 à Annecy.

Sur la ligne de départ, deux hommes pourtant semblent intouchables et dans la tête de nombreux postulants au titre, c’est surtout la troisième place sur le podium et les deux places pour devenir sélectionnables en Equipe de France qui se jouent.

Mais s’il existe bien une discipline où rien n’est joué c’est bien sur le trail long. Tout commence comme c’était écrit si ce n’est que, déjà, un certain Sylvain Court prend les devants. On le disait en forme mais après un début de saison en demi-teinte, il était surtout placé comme outsider à surveiller de près. L’homme est bien décidé à imprimer le tempo. Julien Rancon, tenant du titre sur trail court passé sur le long, est dans ses runnings ainsi qu’une petite dizaine d’hommes dont Sébastien Spehler à quelques secondes, comme à son habitude. Les kilomètres passent et ils ne sont plus que trois. Les Adidas prennent le contrôle de la course. « Je dois remercier Julien et Sébastien car ils m’ont bien emmené. Sans eux, je n’aurais peut-être pas tenu ce rythme ».

Après trois heures de course, premier coup de théâtre. Julien Rancon craque. « Je ne sais pas. Je suis bien pendant trois heures et puis plus rien. Je n’ai plus envie. On passe son temps à se freiner alors que l’on voudrait courir plus vite puis ça lâche dans la tête et dans les jambes. J’ai continué pour mon club mais je ne sentais plus rien, » commente t-il la ligne d’arrivée franchie en neuvième position.

Il ne reste plus que Sébastien Spehler et  Sylvain Court. Après avoir pris un peu d’avance, Sébastien se sent mal victime d’un coup de chaleur « je reviens sur lui et passe devant dans la montée, on est au 50e et là je me retrouve seul, « explique Sylvain Court. « Jusqu’ici lorsque je marchais, il courait et au final, je le dépasse sans changer de rythme… » Il termine seul et franchit la ligne en grand vainqueur après 60 km et 5h28mn13s de course.

« C’est magnifique. J’ai fait une belle carrière en VTT mais je n’avais jamais connu ça. Un titre sur une course d’une journée, c’est juste… Même un podium m’aurait suffit aujourd’hui, alors le titre ! C’est le rêve de ma vie avec en plus la place en Equipe de France !, Je ne vais pas m’arrêter de pleurer là, c’est trop !»

Derrière, Sébastien Spehler a disparu des avant-postes et c’est l’homme qui a remporté au mois d’août l’OCC (nouvelle épreuve de l’UTMB sur 50 km, (lire Nicolas Martin vainqueur de l’OCC) qui arrive au bout de la ligne droite claquant les mains des spectateurs. Nicolas Martin, l’amoureux du trail, celui qui est capable d’en parler des heures et des heures, est venu chercher une deuxième place tout en intelligence. Resté longtemps vers la 15e position, il a su gérer le changement de température avec 11 degrés à 6h30 du matin à l’heure du départ et plus de 25 degrés sur les coups de midi. « Je les ai toujours eu en visu et je me suis toujours dit que je pouvais revenir. Je passe Seb à 5 ou 6 km de l’arrivée. C’est top surtout avec l’Equipe de France à la clé ! »

Ludovic Pommeret se glisse en troisième position tandis que Sébastien Spehler termine 6e littéralement épuisé et victime d’un malaise sur la ligne d’arrivée.

« Avec ce podium, je peux annoncer que Sylvain Court et Nicolas Martin sont officiellement en Equipe de France. Et nous avons décidé que Ludovic Pommeret mais aussi Xavier Thevenard seront suppléants en cas de blessure. Ils sont donc conviés au stage de l’Equipe de France lors de la dernière semaine de mars 2015. C’est une belle sélection avec de beaux champions. Cette course était très difficile, tout le monde pouvait être victime d’une défaillance. Seul Sylvain a tenu ou moins lâché que les autres, commente Philippe Propage, référent trail pour la fédération Française et entraîneur de Sylvain Court. « A l’entraînement, il effectuait de superbes séances avec des chronos de référence, je sentais qu’il pouvait faire un truc. Et puis, il était plus frais que les autres, cela a peut-être joué. Son début de saison chaotique a peut-être eu du bon. »

Caroline Chaverot impériale

Chez les femmes, Maud Gobert a pris les devants jusqu’au premier ravitaillement (23e km) mais se fait ensuite doubler par Stéphanie Duc, tenante du titre. Derrière, Caroline Chaverot tout sourire reste en troisième position tout en les gardant dans sa ligne de mire. « Je voyais que je courais quand elles marchaient et je me disais que je pouvais aller faire quelque chose. J’étais déterminée à tout donner. » Le trio reste ainsi durant plusieurs kilomètres, la future championne de France est à 1mn30 puis commence à grignoter les minutes. Elle passe dans un premier temps Maud Gobert qui sert les dents, victime d’un gros coup « de moins bien. Je ne sais pas ce que c’est, ce n’est pas la première fois. Sur la TDS déjà, je pense que c’est alimentaire mais je ne sais pas, je fais très attention, je mange équilibré… Bref, j’ai attendu que ça revienne, je me connais et je sais être patiente.»

Pendant ce temps, Caroline Chaverot a doublé Stéphanie Duc et s’est imposée en 6h26mn31s. « Il y a trois semaines, je voulais arrêter la compétition mais mon entourage a su me remotiver et après tout je n’avais pas fait tous ces entraînements pour arrêter comme cela. La CCC (disqualification pour ravitaillement hors zone à 50m de la tente sur méconnaissance du règlement, ndlr) restera un mauvais souvenir mais au moins c’est effacé. Je suis repartie et je pense faire les compétitions de l’Ultra World Tour l’an prochain. La transvulcania, le Lavaredo et l’UTMB me font bien rêver. »

On pense alors que le podium est connu mais non, puisque Maud Gobert retrouve des jambes et parvient à revenir sur la tenante du titre et à la doubler dans les derniers kilomètres. Elle devient vice-championne de France et retrouve sa place en Equipe de France après son titre de championne du monde en 2011.

« Je suis content du retour de Maud en Equipe de France. C’est une guerrière. Avec Nathalie Mauclair, elles ont un moral de gagnante, elles ne laissent jamais tomber et c’est bien pour l’émulation de la sélection. La Maxi Race sera un bon profil pour elles. Je suis satisfait de ces championnats, cela donne une belle sélection et dès mars nous allons nous mettre au travail pour ces championnats du monde avec de belles ambitions, » conclut Philippe Propage

A  l’issue de cette deuxième édition des championnats de France de trail, sur les quatre titres en jeu aucun n’aura pu être conservé. La terre du trail ne cesse d’évoluer et la saison n’est pas encore terminée puisque de nombreux grands rendez-vous sont à venir avec notamment les Templiers, le Grand Raid de la Réunion ou encore la Saintélyon…

es sélectionnés pour l’Equipe de France

  • Chez les hommes :  Sébastien Spehler et Fabien Antolinos (les deux premiers du championnat de France 2013), Julien Rancon (troisième aux championnats du Monde 2013 et premier Français), Patrick Bringer (troisième de la Maxi Race 2014 derrière Sébastien Spehler et Fabien Antolinos déjà qualifiés), Sylvain Court et Nicolas Martin (les deux premiers du championnats de France 2014).
    Remplaçants : Ludovic Pommeret (3e des championnats de France 2014 et Xavier Thevenard, 4e de la Maxi Race 2014)
  • Chez les femmes : Nathalie Mauclair (Championne du Monde 2013), Aurélia Truel (Vice championne du Monde 2013), Stéphanie Duc (Championne de France 2013 à Gap), Caroline Chaverot (victoire sur le Maxi Race 2014) et Maud Gobert (2e du championnat de France 2014 derrière Caroline Chaverot déjà sélectionnée). Reste une sixième place à attribuer, la décision est reportée afin de regarder les bilans…

—————————–

La course était annoncée comme la plus ouverte de ces championnats de France qui se déroulaient à Buis-les Baronnies dans la Drôme en ce dimanche 28 septembre 2014 mais elle ne le fut pas tant que ça.

Chez les femmes, parmi la douzaine de postulantes au titre, Christel Dewalle était indiscutablement l’un des grandes favorites même si Aline Camboulives aurait pu lui disputer la victoire. « Je dis tout de suite que normalement c’est Aline qui aurait dû franchir la ligne d’arrivée en tête et être championne de France. Elle est tombée mais elle était devant et je n’aurais pas pu aller la chercher. » (Après sa chute, Aline Camboulives n’a malheureusement pas pu terminer sa course, ndlr).
Mais ce sont les aléas de la compétition et la vice Championne de France de course en montagne et championne de France de kilomètre vertical, n’a pas volé son titre. Christel réalise tout simplement une saison pleine avec ce nouveau titre de championne de France de trail court « Je suis comblée ».
Sur ce 23 km, elle a toujours été à un peu moins de 1 mn d’Aline Camboulives. « Je perdais du temps en descente comme toujours, elle a vraiment un ascendant psychologique sur moi dans ce secteur. Elle courait tout le temps alors que je marchais en montée, vraiment j’aurais préféré gagner autrement. »

La surprise survient avec la nouvelle vice-championne de France, Christelle Monier, 38 ans, venue de Narbonne. Crosswoman, marathonienne (2h49mn), elle aime varier les plaisirs et alterner route et trail. « C’est tout nouveau. Je me suis blessée en juin, une aponévrose plantaire, et je n’ai pu vraiment m’entraîner que depuis fin août même si j’ai fait beaucoup de natation et de vélo pour compenser. Mais c’est passé ! Cette deuxième place est une vraie surprise, je n’en reviens pas. J’aime la nature et le trail mais je suis frustrée car on marche beaucoup alors je ne pense pas me spécialiser. Je veux garder ma vitesse mais je compte bien m’aligner sur le 50 km du Phoebus trail en début d’année. En course, j’ai longtemps été troisième sans jamais voir Christel qui était devant moi. En fait, je n’ai connu mon classement qu’à partir du 15e km. J’ai vu Aline sur le côté mais je ne pouvais rien faire pour l’aider, j’ai alors compris que j’étais deuxième. C’est juste incroyable.»

Chez les hommes, Cédric Fleureton membre de l’Equipe de France de course en montagne et ancien triathlète professionnel (arrêt de sa carrière en 1999 sur blessure), n’a laissé à personne l’opportunité de venir lui disputer le titre. D’entrée, il a pris la tête et n’a jamais été inquiété. « L’idéal aurait été d’attendre car je sors des championnats du monde de course en montagne (voir les résultats des mondiaux du 14 septembre 2014) et je ne savais pas si j’avais 23 km dans les jambes mais j’avais envie de voir ce que cela donnerait. J’ai pris une licence il y a seulement six mois et le président du club m’a demandé si je ne pouvais pas participer à ces France, j’ai dit pourquoi pas puisqu’avec ma place en Equipe de France j’étais qualifié d’office même sans avoir fait une seule manche du TTN ». Deux fois vice-champion d’Europe et vainqueur de deux manches de la coupe du monde en triathlon format olympique, Cédric Fleureton ne compte pourtant pas passer sur des épreuves plus longues. « Je travaille, j’ai des enfants et j’aime la vitesse. Il faut savoir rester dans ses limites et je ne suis pas sûr que l’on soit encore dans le sport santé quand on passe dans l’ultra. »
Son dauphin est un de ses équipiers en Equipe de France de course en montagne, Benjamin Bellamy. A 30 ans, l’ancien spécialiste du 3 000m steeple s’est mis à la course en montagne il y a trois ans et compte 5 sélections en Equipe de France. « Ce n’était pas facile quinze jours après les mondiaux d’autant que je n’avais pas brillé en étant 72e. Je venais un peu me tester en fait, même si je pensais manquer de kilomètres. Je me doutais que Cédric serait très fort et qu’il allait imposer un rythme rapide. Je n’ai même pas tenté d’aller le chercher. Je suis resté concentré sur ma course surtout lorsque Bertrand Brochot qui s’était imposé ici en avril dernier m’a rejoint. Je me suis accroché dans la montée et j’ai pu faire la différence vers le 15ème km J’ai dû serrer les dents sur la fin car la dernière descente m’a bien entamé. Vice-champion de France c’est top, place maintenant aux Templiers. Là j’y vais pour finir, comme l’an dernier où je termine 15e. Ces efforts procurent des sensations différentes que j’aime bien mais seulement de temps en temps. Dans l’immédiat, je vais surtout savourer cette belle place de vice-champion de France. »

Sous le soleil de Buis-les-Baronniers, les champions de France 2013 n’ont pu défendre leurs titres, Julien Rancon ayant décidé de passer sur le long tandis que Céline Lafaye termine 4e derrièreCélia Chiron qui se glisse sur la troisième marche du podium.

Les résultats

Hommes

  1. Cédric Fleureton, 1h39mn44s
  2. Benjamin Bellamy, 1h41mn48s
  3. Bertrand Brochot, 1h42mn27s
  4. Romain Maillard, 1h46mn08s
  5. Yazid El Madi El, 1h46mn12s
  6. Thibaud Nael, 1h46mn36s
  7. Adrien Michaud, 1h45mn36s
  8. Julien Roussely, 1h47mn23s
  9. Anthony Gaillard, 1h47mn31s
  10. Gérald Moutiapoulle, 1h47mn36s

Femmes

  1. Christel Dewalle, 1h58mn00s
  2. Christelle Monier, 2h01mn19s
  3. Celia Chiron, 2h03mn56s
  4. Céline Lafaye, 2h06mn49s
  5. Corail Bugnard, 2h07mn49s
  6. Severine Bovero, 2h09mn32s
  7. Claire Bressort Perrin, 2h12mn01s
  8. Laetitia Dardanelli, 2h17mn43s
  9. Lorene Montegani, 2h17mn49s
  10. Sandrine Etienne, 2h17mn54s

 Les résultats complet des championnats de France de trail court 2014

source article: http://www.lepape-info.com

Par Sabine Dechaume (Rédaction) le